Interview d’Audrey Schoonwater - Consultante SEO pour le magazine Pixel News

Chères lectrices, chers lecteurs; Pixel News reprend sa série d’interviews des professionnels du Marketing Digital.

Nous avons aujourd’hui le plaisir de recevoir Audrey Schoonwater pour nous parler de sa vision du SEO et de l’avenir du référencement naturel.

Bonne lecture à vous!

interview-audrey-schoonwater

Bonjour Audrey, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs?

Je suis consultante en référencement naturel depuis 2008 et je m’intéresse au SEO depuis 2003.

J’ai une formation plutôt technique de développeur web et d’administration de réseaux.

Longtemps modérateur sur un forum francophone SEO précurseur, je sévis désormais en agence où j’ai été responsable de pôles clients puis responsable formation et de veille SEO.

Quel est ton regard concernant l’évolution du SEO sur ces 10 dernières années?

Il s’agit toujours de la même recette constituée de contenus et de liens. Google a néanmoins investi du temps dans sa lutte antispam avec un grand nombre d’évolution technologique.

Le mobile a bien changé la donne : il était laissé de côté il y a encore peu de temps. Quant à la rapidité d’exécution des requêtes et à la capacité qu’a le moteur à bloquer les tentatives de manipulations de ses résultats de recherche en réalisant des mises à jour de son algorithme de classement, Google reste le moteur le plus représentatif du marché français.

Google a évolué en tant que moteur de réponse mais il est loin d’être toujours pertinent. Il y a encore beaucoup d’aspects à corriger. En matière d’algorithme du moteur, tout n’est pas encore automatisable à grande échelle pour espérer voir disparaître les recettes de positionnement d’antan.

Les spammeurs ont encore le champ libre.

Comment envisages tu l’impact de la démocratisation des objets connectés et de la recherche vocale sur les métiers SEO?

Nous ne sommes qu’aux prémices, et c’est assez intrusif.

Je n’ai pas eu l’occasion de tester, mais en matière de recherche vocale un des premiers soucis qui me vient à l’esprit c’est l’impossibilité de matérialiser les recherches précédentes.

Or c’est quelque chose de possible aujourd’hui. A l’écran, on peut visualiser ce qu’on a cherché auparavant et on peut modifier l’orientation de sa recherche initiale en fonction. Il va être plus complexe d’avoir le même genre de paramètres en vocal.

L’utilisation sera donc différente.

Il reste à voir quelles nouvelles applications et habitudes ces objets et outils vont impliquer. Cela dit, les acteurs du Web doivent être prudents et ne pas être trop intrusifs au risque d’apeurer les utilisateurs.

Google a récemment annoncé le passage à l’index mobile first pour son moteur de recherche , un conseil pour les entreprises et les webmasters ?

Oui, commencer à monitorer au plus tôt de façon à pouvoir avoir du recul et des datas sur le avant / après.

Il s’agit notamment de voir si on recueille déjà suffisamment d’information et surtout correctement. Avez-vous bien traqué toutes les pages et toutes les versions de vos sites ?

Comment pouvez-vous les consolider et les analyser ?

Il y a pas mal de questions simples à se poser pour pouvoir anticiper les priorités mobiles qui pourraient apparaître d’ici 1 à 2 ans.

On observe une mutation de l’organisation du travail à travers des solutions telles que le freelance, le portage salarial ou bien encore le digital nomad. Penses-tu que cela va également avoir des conséquences sur l’organisation des agences Search ?

Je ne sais pas si cela aura un impact mais il faut l’espérer.

Il faut travailler avec son temps.

Même si le métier de SEO est souvent un travail de vulgarisation et d’accompagnement des équipes rédactionnelles et / ou techniques, cela n’est pas incompatible avec le travail à distance.

Certains référenceurs plus expérimentés l’appliquent d’ailleurs déjà.

Penses-tu que l’intelligence artificielle constitue une menace pour les métiers du Search ou bien une opportunité ?

Ni l’un, ni l’autre, c’est un buzzword souvent mal employé ou à mauvais escient. Il convient de déployer de l’automatisation au possible pour gagner en productivité mais ce n’est pas nouveau.

Sinon, en termes de traitement automatisé du langage, nous n’avons guère plus progressé que dans les années 1950. Il n’y a qu’à voir la traduction automatisée qui a toujours un peu de mal à se mettre en place.

Mais il est clair que le fait d’avoir le terme IA à la mode lui donne le vent en poupe et permet à davantage de monde de s’y intéresser.

Ce qui ne peut être qu’un avantage sur le long terme quand l’énergie est employée à bon escient et avec le recul nécessaire.

Les entreprises se posent souvent la question “Faut-il externaliser ou internaliser le SEO ?”, quel est ton avis sur le sujet ?

Cela dépend tout simplement de la configuration de l’entreprise.

Certaines n’oseront jamais outsourcer des tâches qui gagneraient tout bonnement à l’être, par principe. C’est dommage.

Après faut-il être si tranchant ? Pas si sûr. Les 2 sont intéressants à différentes étapes de projets SEO.

Tu t’intéresses notamment à la sécurité informatique, que penses-tu des récentes vagues d’attaques ramsomware ?

Je pense que nous avons beaucoup de chances de ne pas avoir davantage de gros soucis et notamment en France.

Vu l’ancienneté des organisations et la sécurité parfois peu élevées de certaines grosses entreprises. L’équipe de NolimitSecu, un podcast en français bien connu, nous l’a d’ailleurs rappelé récemment.

Notons que les assurances sont plutôt tranquilles : qui ira se targuer d’avoir eu un problème de sécurité simplement pour toucher l’argent de l’assurance : peu de monde au final…

C’est un secteur porteur pour ce marché.

Un conseil pour les personnes qui souhaiteraient se lancer dans le secteur du référencement naturel ?

Pour les autodidactes, persévérez !

Un dernier mot pour les lecteurs de Pixel News ?

Soyez passionné et curieux, un peu comme le fondateur de Pixel News ;)

Merci à Audrey pour avoir pris le temps de répondre à notre interview.

Pour suivre son actualité sur le web: